La prévention des chutes grâce à l’ergothérapie

La prévention des chutes grâce à l’ergothérapie

Les chutes chez les personnes âgées (65 ans et plus) représentent une source importante de blessures, en plus d’avoir des conséquences sur la vie quotidienne. En effet, de 20 % à 30 % des aînés canadiens sont victimes d’une chute chaque année, et 70 % des chutes causant une blessure surviennent à domicile. Bien qu’on pense spontanément aux chutes survenant après une tempête de neige, les personnes âgées chutent en toutes saisons. D’ailleurs, 45 % des chutes avec blessures ont lieu sur une surface non enneigée ni glacée!

Plusieurs facteurs sont en jeu lorsqu’on parle du risque de chute, notamment les capacités à la marche, l’équilibre, les médicaments et l’environnement domiciliaire. Également, la malnutrition, l’hypotension orthostatique, les problèmes de vision et la consommation d’alcool constituent d’autres facteurs de risque non négligeables.

La peur de faire une chute est un autre facteur qui peut se présenter sous la forme d’un syndrome post-chute, même si la personne n’a jamais eu d’accident auparavant. Effectivement, la peur de tomber peut amener une personne à restreindre ses activités, ce qui entraînera une diminution progressive de ses capacités motrices et de son autonomie. Son risque de chute est ainsi augmenté, que la personne ait déjà chuté ou non.

Évidemment, les chutes peuvent causer des blessures parfois graves ou même le décès. Elles ont toutefois d’autres impacts négatifs chez les personnes âgées. Les chutes causant des blessures peuvent entraîner une difficulté à réaliser les activités quotidiennes, comme se laver, cuisiner et aller à l’épicerie. Les impacts sont aussi visibles dans les activités sociales : une blessure à la suite d’une chute ou la peur de chuter peuvent restreindre les sorties d’une personne. La perte d’autonomie est parfois si importante qu’il faut envisager un déménagement vers une résidence privée ou un centre d’hébergement en soins de longue durée.

Heureusement, plusieurs des facteurs de risque de chute sont modifiables. Ainsi, il est possible de prévenir les chutes en maintenant un mode de vie actif, en assurant un suivi régulier de son état de santé (vision, médication, alimentation) et en ayant un milieu de vie sécuritaire. L’ergothérapeute est le professionnel tout indiqué pour intervenir de façon personnalisée auprès d’une personne âgée afin de prévenir les chutes. L’ergothérapeute évalue les capacités physiques de la personne, ses habitudes de vie et son environnement physique à domicile. Elle intervient notamment en donnant des recommandations sur l’aménagement sécuritaire de l’environnement (par exemple : installer des barres d’appui, utiliser des aides techniques, enlever des obstacles) ainsi qu’en éduquant la personne pour qu’elle comprenne mieux les facteurs de risque de chute et qu’elle adopte des comportements sécuritaires. L’ergothérapeute personnalise son intervention en fonction des activités qui sont importantes pour la personne et qu’elle pratique de manière régulière.


Alexandra Boissonneault, ergothérapeute

 

Références

MSSS. Chutes chez les personnes âgées de 65 ans et plus, 2012.
ASPC. Chutes chez les aînés au Canada : deuxième rapport, 2014.